Les restaurateurs de Val-au-Perche maintiennent le cap !

Les commerces non-essentiels de Val-au-Perche et notamment les deux restaurants subissent de plein fouet le second confinement, sans espoir de réouverture d’ici la fin de l’année. Rencontre.

A l’Auberge Cloche, au Theil, cinq salariés sont au chômage partiel par intermittence. « L’hôtel compte 10 chambres, il continue de fonctionner : le service de la restauration se fait dans les chambres. On propose aussi de la vente à emporter, on s’adapte mais ce n’est pas notre métier », précise Heidy Moulin, cogérante de l’hôtel restaurant avec Josette Lhérault. La structure, après le premier confinement, avait mis en place différentes mesures pour respecter l’intégralité des normes : distanciation, mise en place de plexiglass, location de barnum cet été, distributeur de gel hydroalcoolique, etc. « Nous avons dû investir et aujourd’hui nous attendons encore une partie des aides promises. Notre salle a perdu 40 places ».

L’entreprise a dû se diversifier, « on ne gagne pas d’argent à proposer la vente à emporter, on le fait pour garder le lien ». En ce moment, c’est 30 clients maximum par jour en vente à emporter et une dizaine de livraison en portage de repas pour les Séniors (service les lundi, mercredi et vendredi). « On a perdu tous les artisans et les salariés des entreprises, l’essentiel de notre clientèle ».

Un plat différent est proposé chaque jour. « Au premier confinement, on proposait plus de plats mais c’était trop compliqué à gérer au niveau des stocks. On ne sait pas le nombre de repas que l’on va vendre d’une journée à l’autre ». Sans visibilité sur l’avenir, la cogérante s’inquiète « pour le moment on survit, mais heureusement, nous avons un soutien de nos habitués, de nos salariés. Mais j’aimerai qu’on vienne visiter nos établissements pour voir comment on travaille ! ».

Ouvert du lundi au vendredi, l’Auberge de la Cloche, propose des plats à emporter. Les menus sont partagés sur la page Facebook de l’Auberge de la Coche. Commande avant 10 h, au 02 37 49 64 86 ou par mail auberge-de-la-cloche@orange.fr, retrait avant 12h30 le midi et 19h le soir.

Autre établissement, l’Hôtel restaurant « Le Gibet » à Mâle, tenu par Alexandre et Julien Mauboussin. « Au premier confinement, on a proposé de la vente à emporter sous une tonnelle. La partie hôtel, et ses 13 chambres, ont connu des travaux de réfection notamment en peinture ». Pour le 2ème  confinement, les deux frères peuvent compter sur l’ouverture de l’hôtel et du service restauration en chambre, sans oublier la vente à emporter et l’accueil des routiers , même si les 5 salariés sont au chômage partiel avec un roulement pour travailler. « On propose des plats à emporter tous les jours et aussi des pizzas et des burgers maison en vente à emporter. Le soir (de 18h à 20h), depuis une semaine, on peut recevoir en salle les routiers grâce à une dérogation de la préfecture ». Optimistes, les associés ont réaménagé la salle, mis en place un service de distribution à emporter dans le fond de la salle, et tout ce qui permet de respecter les règles sanitaires. « On a la chance de proposer différents services, comme la vente à emporter qui connait une belle solidarité locale de nos habitués (particuliers, entreprises, ouvriers, et retraités). En moyenne, l’établissement compte 70 repas le midi tout confondus, et le soir la clientèle est composée à 90% de routiers. « Ça nous permet de sauver les meubles, mais il ne faut pas que ça dure trop longtemps ».

Ouvert du lundi au vendredi, l’hôtel restaurant du Gibet propose des plats, pizzas et burgers à emporter. Les menus sont partagés sur la page Facebook Hôtel Restaurant le Gibet. Commande au 02 37 49 68 85 ou par mail hotelrestaurantlegibet@yahoo.fr, à retirer au restaurant à partir de 11h30 et 18h30.

Malgré le contexte, les deux établissements maintiennent le cap et ne comptent pas leur dévotion pour leurs clients, les salariés des entreprises, et les artisans de la commune. La commune de Val-au-Perche soutient ses restaurateurs mais aussi l’ensemble de ses commerçants. Elle se fait le relais en communication sur ses différents supports (site Internet, réseaux sociaux, etc.) pour l’ensemble des commerçants et consacrera cette année, l’ensemble des bons de Noël pour les Séniors en faveur de ses commerçants. « Aujourd’hui, nos commerçants sont mobilisés plus que jamais pour maintenir un service auprès de la population, notamment nos restaurateurs, qui ne ménagent pas leurs efforts et qui font face à une situation d’incertitude et ne pourront pas rouvrir avant 2021… Nous restons à leurs côtés, pour les aider dans la limite de nos moyens », précise Anne Guillin, 1ère Adjointe au Maire en charge du Commerce. A noter que le maire de Val-au-Perche avec plusieurs maires du territoire a écrit début novembre au Premier Ministre pour demander la réouverture des commerces de proximité, en mettant en avant tous les efforts réalisés par les commerçants pour accueillir leurs clients dans des conditions sanitaires optimales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *